Category "El Koura"

Saydet Kaftoun – Grec Orthodoxe (Kaftoun / El Koura)

April 27, 2019

Mar Sarkis wa Bakhos (Saints Serge et Bacchus)

L’église Mar Sarkis wa Bakhos est la chapelle conventuelle de Saydet-Kaftoun, monastère situé dans la vallée de Nahr-el-Joz, et daté des environs du XIIème siècle. Construite au XIIIème siècle, elle est donc légèrement postérieure au couvent.

Elle est de plan basilical. La nef, voûtée en berceau et terminée par une abside saillante, est flanquée de bas-côtés voûtés en arêtes, et précédée d’un grand narthex, également voûté en arêtes.

Les fresques

Découvertes très récemment, leur dégagement a nécessité le démontage d’une partie de la voûte. Elles ont été restaurées de 2006 à 2009 à l’initiative de l’AREFML, par Christopher Chmielewski et son équipe de l’Académie des Beaux-Arts de Varsovie.

Dans la conque de l’abside se trouve une Déïsis, thème très courant dans les chapelles libanaises.  Le Christ trône en majesté, entouré de la Vierge et de saint Jean-Baptiste, et accompagné d’un chérubin.

L’arc de l’abside est occupé par une Annonciation, la Vierge dans la partie droite, l’Archange Gabriel dans la partie gauche.

La partie supérieure de la nef, au-dessus des arcades, présente une Communion des Apôtres, lesquels sont repartis en deux groupes, d’un coté celui conduit par saint Pierre, et de l’autre celui conduit par saint Paul.

La présence de deux saints militaires sur les piliers ouest face à l’entrée confirme le vocable de Mar Sarkis et Bakhos attribué par la tradition locale. Deux autres saints fort vénérés dans la tradition locales, Théodore et Georges, leur font face sur les piliers opposés, tandis que quatre saints moines occupent les deux piliers est, et témoignent de l’appartenance monastique de l’église.

Pour en savoir plus:

  • Levon NORDIGUIAN et Jean-Claude VOISIN, Châteaux et églises du Moyen Age au Liban, éd. Terre du Liban (Réédition 2009)
  • Nada HELOU, Les fresques de Kaftoun, la cohabitation de deux traditions byzantine et orientale in Chronos, revue d’Histoire de l’Université de Balamand, 20, 2009
  • Mahmoud ZIBAWI, Images chrétiennes du Levant. Les décors peints des églises syro-libanaises au Moyen Age, CNRS éditions, Paris, 2009
  • Nada HELOU, La fresque dans les anciennes églises du Liban, volume II (Région du Nord), éd. Aleph, 2008
  • Nada HELOU et Mat Immerzeel, Kaftoun 2004. The Wall Paintings in Polish Archaeology in the Mediterranean, XVI, 2004

Saydet el-Rih – Grec Orthodoxe (Enfé / El Koura)

April 27, 2019

Saydet el-Rih (Notre-Dame-des-Vents)

Petite chapelle votive dans le cimetière marin du village, elle consiste en une nef voûtée en berceau brisé, précédée d’un porche légèrement désaxé, voûté d’arêtes, et terminée par une petite abside. On remarquera dans le mur nord une fenêtre en forme de croix.

Les fresques

Les peintures murales sont très détériorées :

  • sur la paroi sud, fait assez curieux, un saint cavalier sur un cheval blanc s’éloigne de l’abside, contrairement à l’usage ; il s’agit vraisemblablement de saint Georges, la figure couronnée qu’on discerne à coté étant sans doute la fille du roi
  • sur le mur du porche, on distingue de l’eau, des poissons rouges, des traces de nimbes et de plis de vêtements ; il pourrait s’agir d’un Baptême du Christ ou d’une Pêche Miraculeuse.

Pour en savoir plus:

  • Levon NORDIGUIAN et Jean-Claude VOISIN, Châteaux et églises du Moyen Age au Liban, éd. Terre du Liban (1999, rééd. 2009)
  • Nada HELOU, La fresque dans les anciennes églises du Liban, volume II (Région du Nord), éd. Aleph, 2008

Saydet el-Haqlé (Notre-Dame des Champs)

April 27, 2019

Saydet el-Haqlé (Notre-Dame des Champs)

De cette petite église, située dans le cimetière du village, il ne reste que les murs de la nef, la voûte et l’abside étant complètement ruinés.

Les fresques

Sur le mur nord, on reconnait des fragments d’une Nativité : l’enfant Jésus debout dans une piscine circulaire tenu par une servante qui est à peine visible, une autre servante, et deux chevaux, sans doute ceux des Rois Mages. Le mur sud porte également des traces de peinture, malheureusement illisibles.

Pour en savoir plus:

  • Levon NORDIGUIAN et Jean-Claude VOISIN, Châteaux et églises du Moyen Age au Liban, éd. Terre du Liban (1999, rééd. 2009)
  • Nada HELOU, La fresque dans les anciennes églises du Liban, volume II (Région du Nord), éd. Aleph, 2008

Qeddisset Berbara – Grec Orthodoxe (Barghoun / El Koura)

April 27, 2019

Qeddisset Berbara (Sainte-Barbe)

C’est une église en ruines, au milieu de vergers. Il subsiste l’abside, semi-circulaire et flanquée de deux niches, ainsi que le mur nord et une partie du mur sud. La voûte et la partie supérieure du mur sud en revanche sont complètement détruits.

Les fresques

Les peintures recouvraient autrefois toutes les parois.

On peut voir aujourd’hui dans la conque de l’abside une Vierge du Signe, les bras levés et ouverts, avec un Christ en médaillon sur sa poitrine. Elle est entourée de deux anges qui se penchent vers elle, les mains couvertes d’une étoffe. A ses pieds, une touffe de plantes en feu symbolise le Buisson Ardent qui a brûlé sans se consumer telle Marie qui a mis au monde l’Enfant de Dieu tout en gardant sa virginité.

Pour en savoir plus :

  • Levon NORDIGUIAN et Jean-Claude VOISIN, Châteaux et églises du Moyen Age au Liban, éd. Terre du Liban (1999, rééd. 2009)
  • Nada HELOU, La fresque dans les anciennes églises du Liban, volume II (Région du Nord), éd. Aleph, 2008

Mar Phocas – Grec Orthodoxe (Amioun / El Koura)

April 27, 2019

Mar Phocas (Saint Phocas)

L'abside, restaurée

L’abside, restaurée

 

Octobre 2015 : L’AREFML est heureuse d’annoncer l’achèvement de la restauration des fresques par l’équipe de restaurateurs polonais sous la direction de M. Christophe Chmielewski de l’Académie des Beaux-Arts et de l’Université de Varsovie.Cette restauration s’est effectuée en trois campagnes, durant les étés 2013, 2014 et 2015.Le résultat obtenu dépasse toutes les espérances, compte-tenu de l’état d’encrassement avancé des peintures. Les photos ci-dessus permettent de s’en faire une idée.

L’église date de l’époque des Croisés. Elle est située vraisemblablement sur le site d’un monument antique, comme l’indique le remploi de colonnes en boutisse.

On y accède par une entrée côté sud (autrefois la seule) ou par la façade occidentale. Elle est de plan basilical ; la nef centrale se termine par une abside, autrefois circulaire, à présent englobée dans un chevet rectangulaire. Un tremblement de terre a causé, en 1918, l’effondrement de la conque de l’abside, restaurée en 1925.

La nef est séparée de chacun des bas-côtés par trois arches en berceau brisé, portés par de larges piliers rectangulaires. On remarque à deux emplacements des croix gravées dans la pierre.

Les fresques

L’intérieur était entièrement recouvert de peintures murales, il n’en subsiste qu’une petite partie, néanmoins très intéressante.

La conque de l’abside est occupée par une Descente aux Limbes, très fragmentaire, l’une des deux seules représentations de ce thème au Liban. La figure du Christ est très endommagée, il ne subsiste qu’une partie de sa tête, de son nimbe et de son manteau. A sa droite, se tiennent Adam, Eve et Abel, et à sa gauche David et Salomon, tous identifiés par des inscriptions.

La paroi absidiale présentait une Théorie d’Apôtres, dont il subsiste neuf, alignés dans une attitude frontale, tenant de la main gauche un livre ou un rouleau, et bénissant de la main droite.

Sur le mur nord on peut voir une représentation de saint Philippe, accompagné d’un donateur, et plus loin un saint, sans doute Siméon le Stylite.

Les piliers nord portent deux couches de peinture successives, et abimées, ce qui en altère la lisibilité. Sur l’un, un Baptême du Christ recouvre une représentation de la Vierge, et sur l’autre un personnage en chlamyde recouvre une représentation de saint Siméon le Jeune.

Enfin les piliers sud portent l’un le Christ Pantocrator, et l’autre saint Phocas, patron de l’église, dont la figure a été entièrement décapée.

Pour en savoir plus:

  • Levon NORDIGUIAN et Jean-Claude VOISIN, Châteaux et églises du Moyen Age au Liban, éd. Terre du Liban (1999, rééd. 2009)
  • Mahmoud ZIBAWI, Images chrétiennes du Levant. Les décors peints des églises syro-libanaises au Moyen Age, CNRS éditions, Paris, 2009
  • Nada HELOU, La fresque dans les anciennes églises du Liban, volume II (Région du Nord), éd. Aleph, 2008

Mar Mtanios – Grec Orthodoxe (Deddé / El Koura)

April 27, 2019

Mar Mtanios (Saint-Antoine)

On entre dans l’église par deux portes latérales en vis-à-vis, l’entrée sur la façade ayant été murée. L’intérieur comporte deux nefs voutées en berceaux brisés, terminées par des absides saillantes, et séparées par deux arches.

Le chœur est séparé des nefs par une iconostase en maçonnerie postérieure au reste de l’édifice.

Les fresques

Seule la chapelle nord comporte des vestiges de fresques.

La paroi absidiale était occupée par une théorie de saints, dont il ne subsiste qu’une figure, peu lisible.

Sur le mur nord, on distingue le buste d’un saint cavalier qui tient de la main gauche la bride de son cheval.

Sur la paroi ouest, deux cavaliers dont il ne subsiste que les nimbes, les boucliers et une partie d’un étendard croisé, se dirigent l’un vers l’autre. Il s’agit sans doute des saints Serge et Bacchus.

Pour en savoir plus:

  • Levon NORDIGUIAN et Jean-Claude VOISIN, Châteaux et églises du Moyen Age au Liban, éd. Terre du Liban (1999, rééd. 2009)
  • Nada HELOU, La fresque dans les anciennes églises du Liban, volume II (Région du Nord), éd. Aleph, 2008

Mar Mitr – Grec Orthodoxe (Kousba / El Koura)

April 27, 2019

 Mar Mitr (Saint Dimitrios)

C’est une église à narthex et double nef, dédiée à deux saints, ce qui n’est pas rare dans les églises libanaises. Les nefs sont couvertes en berceau brisé et terminées par des absides à corniche, la nef nord étant dédiée à saint Nicolas, et la sud à saint Dimitri.

Les fresques

Seule l’abside de la nef sud porte un décor peint.

Sur la conque de l’abside est représentée la Deïsis, thème majeur dans l’iconographie byzantine. Ici le Christ est représenté trônant, bénissant de la main droite et tenant de la main gauche un livre ouvert. La Vierge et le Baptiste sont accompagnés chacun d’un séraphin, dont l’un porte un Trisaghion.

La paroi inférieure de l’abside montre le cycle des évêques, parmi eux se tient saint Saba, reconnaissable par son habit de moine.

Sur l’arc de l’abside sont représentés des prophètes dans des médaillons, et à la retombée de l’arc un saint stylite, probablement saint Syméon.

Pour en savoir plus:

  • Levon NORDIGUIAN et Jean-Claude VOISIN, Châteaux et églises du Moyen Age au Liban, éd. Terre du Liban (1999, rééd. 2009)
  • Mahmoud ZIBAWI, Images chrétiennes du Levant. Les décors peints des églises syro-libanaises au Moyen Age, CNRS éditions, Paris, 2009
  • Nada HELOU, La fresque dans les anciennes églises du Liban, volume II (Région du Nord), éd. Aleph, 2008

Mar Elias al-Nahr (Saint-Elie-du-Fleuve)

April 27, 2019

 Mar Elias al-Nahr (Saint-Elie-du-Fleuve)

Chapelle du monastère du même nom, l’église est constituée d’une nef unique rectangulaire à voûte en berceau brisé, terminée par une abside à corniche, et entourée de murs étonnamment épais. Une iconostase maçonnée sépare la nef de l’abside. Celle-ci est flanquée, au nord d’une petite niche, et au sud d’un passage qui mène à une petite pièce de forme irrégulière, vraisemblablement l’abside d’une chapelle antérieure, plus petite.

Les fresques

La conque de l’abside portait sans doute une représentation de la Vierge en majesté, dont il ne subsiste que la partie inférieure : on distingue des éléments d’un trône et un coussin sur lequel reposent les pieds d’un personnage conservé jusqu’aux genoux.

La paroi sous la corniche de l’abside conserve trois personnages représentés frontalement, mais devait en porter initialement davantage, sans doute six ou sept. Au centre, le prophète Elie, dédicataire de l’église, porte un manteau en peau de mouton et tient un volumen déroulé portant une inscription biblique. A sa droite se tient saint Basile de Césarée, et à sa gauche saint Grégoire de Naziance. Tous sont identifiés par des inscriptions ; la présence de saint Paul, aujourd’hui effacé, est également attestée par une inscription.

Pour en savoir plus:

  • Levon NORDIGUIAN et Jean-Claude VOISIN, Châteaux et églises du Moyen Age au Liban, éd. Terre du Liban (1999, rééd. 2009)
  • Mahmoud ZIBAWI, Images chrétiennes du Levant. Les décors peints des églises syro-libanaises au Moyen Age, CNRS éditions, Paris, 2009
  • Levon NORDIGUIAN, L’abside peinte de Mar-Elias-Nahr, in Chronos  N° 2, 1999
  • Nada HELOU, La fresque dans les anciennes églises du Liban, volume II (Région du Nord), éd. Aleph, 2008

Deir Bkeftine – Grec Orthodoxe (Bkeftine / El Koura)

April 27, 2019

Saydé wa Mar Gerios (Notre-Dame de la Dormition et Saint-Georges)

Il s’agit de l’église conventuelle du monastère de Deir Bkefine. Elle date du Moyen-Age, mais inclut quelques vestiges antiques et byzantins. Le porche est du 19ème siècle ; le clocher en forme de bulbe est d’un type peut courant dans nos contrées.

Elle est composée de deux nefs voutées en arêtes, renforcées d’arcs doubleaux, et terminées en absides.

Les fresques

Il semble que les murs sont entièrement peints, mais pour l’instant seule une scène a été dégagée : elle représente la Vierge en majesté portant l’Enfant Jésus, dans une attitude parfaitement frontale.

Pour en savoir plus:

  • Levon NORDIGUIAN et Jean-Claude VOISIN, Châteaux et églises du Moyen Age au Liban, éd. Terre du Liban (1999, rééd. 2009)
  • Nada HELOU, La fresque dans les anciennes églises du Liban, volume II (Région du Nord), éd. Aleph, 2008